evalyrics Index du Forum
 
 
 
evalyrics Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

BG **Dagna**

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    evalyrics Index du Forum -> Partie RP publique -> Les histoires des Evalyrics
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Dagna
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 07 Juil 2011
Messages: 12

MessagePosté le: Jeu 28 Juil - 03:16 (2011)    Sujet du message: BG **Dagna** Répondre en citant

(Je m'excuse d'avances pour les nombreuses fautes --°)


Je me rappel encore de mon initiation au Temple principal, comment oublier pareil moment. Un tourbillon de lumière rouge et noir m’entourait telle une ombre protectrice, le pentacle sous mes pieds s’illuminais dans un éclat de lumière aveuglant, me forçant à fermer les yeux. Des images traversaient mon esprit au variantes vertes et bleu, une forêt… Tout était flou et le doute occupait mon esprit, je voyais des flammes s’élever, dévorant  des corps inanimés et sans vie de mes semblables, une odeur acre de chair calciner, et une fumée épaisse étouffait mes sens, je voulais crier, mais aucun son ne parvenait a sortir de ma gorge tant la peur me serrait le cœur. Le brasier s’arrêtait quelque mètres avant un amas de pierres ou une ombre se débattait sous les décombres de se qui devait être un autel. 
-Grand frère, ou es tu ? 
J’essayais de mieux la distinguer tendant une main impuissante vers cette figure.
Mais cette fillette…C’est moi.


J’ouvre les yeux , les incantations ont cessez et le tourbillons de couleurs s’est évanouis, la grande prêtresse s’avance vers moi et je peut sentir son regard scrutateur  me dévisager.
-Il faut maintenant que tu revive tout…Pour pouvoir tout recommencer. Que Kain te protège !


Le chant envahi de nouveau la pièce, et le pentacle brilla de plus belle, alors que les souvenirs déferlaient dans mon esprits me  revenant en mémoire, comme si je  les vivaient de nouveau.




 Combien de temps assise dans la boue et le sang, le visage trempé de larmes, alors que s’étalais devant moi un cauchemar éveiller. Mon sommeil devenait une prison ampli d’effroi, ou  seul le soleil m’en arrachait en brûlant ma peau de ses rayons ardents, et un matin cette main brutal qui me traina hors de mon abris pour me mettre sur pied, me saisissant avec force par le col.
-Ah ! En voila une qu’est vivante ! Hey les gars v’venez voir ca !    
J’avait beau m’agiter en tout sens, mordre et griffer, il ne desserrait pas son étreinte et commençais  même à m’étouffer.
-En voila un ptit animal il va falloir dresse ca Barty !
L’homme gras riait a gorge déployer trainant la petite sombre vers un autre humain de haute stature, je le regardais d’un œil noir le détaillant, plus richement vêtus que les autres, lançant des instructions il les dominaient. C’était leur chef. Le gros homme qui me tenais me déposa a terre sans ménagements à ses pieds. Je relevais la tête avec difficulté et le grand humain m’assena une gifle monumental, enserrant mes poignet et mes chevilles de lourdes chaines.
-Je ne suis pas le meilleur vendeur d’esclave pour rien ! Il rit me crachant au visage. Ce n’est pas une gosse qui va m’impressionner !


Nous marchions à travers le village déserté et sans vie pour se rendre dans une ville, puis une autres, jusqu’à arriver à a une ville d’une taille exceptionnel pour moi. Je n’avais jamais quitter mon village natal et tout ces bâtiment m’effrayais j’était seule je ne pouvais me raccrocher qu’aux choses que je connaissais c’est-à-dire rien… Seul mes maîtres représentaient une sorte de repères, il n’y avait que des interdits et des autorisations, il fallait respecter les règles et faire se que l’on demandais tel était la vie d’un esclave. Pour avoir son pain, travailler, pour dormir, travailler. 
Les émotions sont un luxe que je ne puis plus m’accorder désormais.
Je me rappel mon premier acheteur..un entrepreneur qui avait besoin de femmes pour se glisser la ou  les hommes à forte carrure en étaient incapable. Une petite embarcation nous emporta moi et plusieurs femmes humaines et sombres à une sombre montagne, à l’approche de cette falaise on nous enchaina les unes aux autres. Pendant ce qui sembla être une éternité, nous avons dans un funeste raclement de chaines descendu les marches d’un escalier qui nous conduisaient jusqu’aux entrailles de l’enfer. Des hurlements à vous glacer l’âme venaient parfois briser ce silence de mort. La peur m’envahit d’un coup car je savais que le désespoir emplirait bientôt mon cœur ce joignant à cette symphonie de douleur.
Nous n’étions rien de plus que du bétail pousser vers le travail comme les bêtes au champs. Nous dormions sur des planches, nous n’avions pas le droit de parler entre nous, deux femmes furent surprisent par un garde entrain de converser , il tira une dague et leur coupa la langue puis la gorge sans hésitations, laissant leur cadavre pourrir dans un coin. Nous tombions souvent malade, la fièvre embrumait nos esprit nous faisant nous acquitter de nos tâche comme des marionnettes dociles, la réalité s’effaçait peu à peu se confondant avec les délires de la chaleur qui rongeais nos corps.
Il n’était plus question de races, de clans, de famille ce n’était que la suivit et la domination qui contrôlais cette endroit, nous étions hors du temps les jours défilaient se ressemblant, le travail à la mine était répétitif et les accidents courant. Lorsqu’un moment de fatigue nous prenaient les fouet des maitres mordaient nos chairs, ils nous jetant parfois des bouts de pain ou viandes froide que nous dévorions tels des bêtes sauvage. Jeune est frêle je n’avais aucune chance de survivre si je n’avais pas reçus d’aide, elle me vint d’un compagnon de travail, nous exploitions le même boyaux remplit de terre boueuse et crasseuse, c’était un jeune elfe et il ne trouvait absolument pas sa place dans cette univers noir et sale, ses cheveux blond semblait avoir perdu leurs éclats, mais sa voix était cristalline et ses yeux brillaient d’une telle force que l’on aurait pus le confondre avec un esprit frappeur. Sa compagnie et son soutient furent un présent inestimable dans ce monde de peur.  Petite de taille et plutôt fine mon rôle était d’extraire le minerait la ou les hommes ne pouvait pas, se qui pouvait s’avérer périlleux, les poutres qui soutenant les tunnels étaient fragiles et il arrivait souvent que certaines d’entre elles cèdent sous le poids de la roche s’effondrant sur les mineurs, mais en contre partis c’était un travail moins physique que celui des porteur qui devaient acheminer le minerais jusqu’au four.
Les jours d’effilaient plus lentement les uns que les autres, dans la noirceur continue le temps avait perdu toutes valeur, combien de temps passer sous terre ? Je ne saurais le dire, des mois, des années, comment savoir seul rythmais nos jours le fouet des maître qui tombait sur nos épaules a chaque moment de faiblesse comme pour nous rappeler à cette réalité que l’on aurait pus oublier. Même si cela fus interminable ce calvaire prit fin, la faillite avait gagner la mine et nous furent vendu au plus offrant, par lots, ou à l’unité, le plus souvent a des marchants d’esclaves.


Le maître qui m’acquis ressemblait en tout point à celui qui m’avait trouvé dans mon village, même vêtement, même allure, a croire que les humains se ressemble tous. Sa première action fus de remplacer nos chaines encombrantes par des liens de cordes car nous devions marcher jusqu’à la ville, en chemin ils nous jeta dans la rivière, mais cette eau froide ne parvins qu’a retirer la terre et la grasse qui recouvrai nos corps, nous étions fatiguer, le soleil nous aveuglais et sa chaleur finissais de nous achever, j’avais temps rêver de revoir les astres, mais maintenant je le regrettais.
Arriver dans l’eau mon pied s’écorcha sur un cailloux tailler, une idée fila dans mon esprit, saisissant la pierre pour la dissimuler dans un repli de ma tunique, je souris pour la première fois depuis longtemps, la chance avait peut être tournée. Le soir même après le maigre repas que l’on daignais nous jeter, je m’activais à entailler les liens qui entravais une de mes mains et ma cheville cela prit plusieurs soirs et plusieurs nuit avant que la coupure soit assez net pour briser la corde, mon compagnon elfe m’avait suivit dans cette entreprise périlleuse qui aurait pus nous conduire à la mort tout les deux mais le chemin de la liberté était si proche…les forêts environnantes n’auraient aucun mal à dissimuler notre fuite. La lune était pleine lorsque nos deux liens purent enfin céder, après un dernier coup de la pars de l’elfe, nous avons courus sans réfléchir. Mes pieds s’élançaient malgré la douleur du voyage, je ne pensais pas savoir courir aussi vite, mais un nouveau souffle me donnai des ailes.
Mais je fus faucher a peine mon envol prit, des gardes nous avez vus partir du haut de leur point de surveillance et c’étaient lancer a notre poursuite, l’un deux me saisit avec force sous mes coups m’assénant une gifle qui m’assourdis, je nus que le temps d’apercevoir le petit elfe tenant toujours la pierre aiguiser dans sa main frapper un des hommes au visage avant de se faire lui aussi maîtriser.
Le lendemain fus difficile, ma tête me tournait et les écorchures sur mon corps brulaient, un tremblement vint percuter le plancher sur lequel j’étais allonger, j’était dans le chariot, l’elfe a coté de moi était aussi coucher  plus mal en point que moi, je sentis sa main serrer la mienne avant que la réalité ne me quitte de nouveau.
Je fus réveillé en sursaute par le maître lui-même.
-Réveille toi gamine !
Me redressant tant bien que mal je vis le feu allumer et les esclaves tous lever pourtant il était déjà tard, lançant un regard interrogateur au maître, celui-ci pour toute réponse partit dans un grand rire, s’approchant près du feu, saisissant sa dague.
-Que cela servent d’exemple, je ne suis pas mauvais avec vous, si vous ne l’êtes pas avec moi…Je vais monter ce qui arrive lorsque l’on désobéis…
Attrapant mon compagnon elfe par les cheveux il lui tira la tête en arrière le fixant.
-Qui à couper vos lien ?
-C’est moi ! Il avait répondu sans ciller, sans un quitter le maître des yeux, la dague qui vint se placer sous sa gorge ne semblais pas l’atteindre, dans son regard je vis qu’il savait qu’il allait mourir quoi qu’il fasse, nous le savions tous. Un garde me fit lever m’accompagnant a coter du maître qui me remis la dague qu’il tenait entre les mains, plaçant la sienne au dessus. Sans autres formes de jugement la lame glissa le long de son cou, lui arrachant un dernier cris. Je restais un moment interdite, tous retournaient a leurs occupations et le maître s’avançais de vers moi, je fermais les yeux attendant le même sort alors qu‘il reprenait le poignard de ma main.
-Tu es déjà vendu, sinon je t’aurais tuer…
J’entendis ses pas s’éloigner en s’en m’en rendre vraiment compte j’ai pris corps de mon ami contre moi. Ma première pensée fus: «  Qu’a tu fais ?»
Je me suis retrouver rapidement couverte de sang. Ce sang que j’avais voler et qui non content de salir mon corps entachait maintenant mon âme…Un grand vide s’accapara de mon esprit. Mon premier meurtre me laissa un gout amer. A la vu de tout ce sang, dont j’étais manifestement responsable, l’envie de pleurer me vint.
Les jours suivant se passèrent comme si rien ne c’était produit, les longue marches remplissaient nos journée ponctuer d’arrêt dans certain village ou un esclave ou deux étaient vendu, mon tour vint comme les autres dans une ville, une femme me négocia contre une petite bourses de pièces qui disparurent bien vite dans la poche de se qui était mon ancien maître


On m’amena dans une cours, un arbre, un pommier se trouvais en son centre  on m’ordonna juste d’attendre et de me taire, il se passa quelque minute avant qu’un homme humain se présente, il m’a examiner Son visage était impassible, son regard calculateur ma vite fait comprendre qu’à ses yeux je n’avait pas plus de valeur que l’arbre derrière moi, même moins. Puis il a prit mon menton dans sa main et a bouger ma tête de gauche a droite m’observant. Il a effectuer deux cercle autour de moi avant de s’immobiliser derrière moi, je commencer a me demander se qu’il faisait lorsqu’il ma brusquement arraché se qui restait de ma tunique, je protestais à grand cris ce qui me valu une correction à coup de bâton, avant que je qu’on ne me remette droite. J’ai senti ses doigts vérifier la finesse de mes hanches, puis la fermeté de mes fesse, avant de me contourner pour contrôler ma poitrine. J’étais partagée entre la colère et la gêne. Il s’éloigna grondant quelques paroles à la femme qui m’avait fait entrée, après une courte conversation elle m’adressa la parole avec une grimace amuser.
-Bienvenu au 7ème ciel, la meilleur maison close de la ville !




(Un bisous a ceux qui auront le courage de tout lire XD Heu...c'est que la première partie ^^)
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 28 Juil - 03:16 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Lyre
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 29 Juil - 21:25 (2011)    Sujet du message: BG **Dagna** Répondre en citant

 *a tout lu veux son bisou*

Revenir en haut
Dagna
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 07 Juil 2011
Messages: 12

MessagePosté le: Ven 29 Juil - 22:20 (2011)    Sujet du message: BG **Dagna** Répondre en citant

T'aura ton bisous quand je pourrais lire la tienne :p
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Lyre
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 29 Juil - 22:57 (2011)    Sujet du message: BG **Dagna** Répondre en citant

Han c'est méchant ! ouai j'ai le BG de Lyre mais je préfère le dévoiler en RP pour voir la réaction des gens Wink

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:49 (2018)    Sujet du message: BG **Dagna**

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    evalyrics Index du Forum -> Partie RP publique -> Les histoires des Evalyrics Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com